fbpx

Les Barbares : le barbier qui coiffe aussi les dames

Si ce salon nous plonge dans l’ambiance des vieux barbershops par ses techniques, sa déco et sa musique, un aspect le sort des années 50 : Les Barbares n’est pas réservé qu’aux hommes!

Quand Mathieu Courtemanche décide d’ouvrir son établissement en 2015, il part jusqu’aux Pays-Bas pour se former dans le salon de barbier le plus reconnu d’Amsterdam. Là-bas, on travaille avec les techniques d’autrefois : utilisation de la lame à l’ancienne, de crème et poudre de rasage, serviette chaude… “C’est vraiment une expérience complète”, résume Mathieu, qui a ramené ces pratiques au Québec. 

Il a ouvert son premier salon dans le vieux Sainte-Rose à Laval, sous le nom Les Barbares. Une appellation qui détonne et qui change de l’onomastique traditionnelle des salons de coiffure : “On voulait y retrouver les mots “barbe”, parce que ça fait partie du rituel de coiffure pour l’homme, et “bar”, parce que c’est l’endroit où l’on se retrouve entre amis, où l’on peut relaxer et passer du bon temps, explique le propriétaire. On voulait créer un équilibre entre l’univers du cheveu et celui du bar.”  

Aux Barbares, la déco rétro, les gens qui parlent fort et la musique nous plongent dans les salons de barbier des années 50. Mais ce qui fait surtout l’ambiance, ce sont les employés, assure Mathieu, qui mise beaucoup sur la personnalité de son personnel : “Ce sont tous des gens très sociables. On peut jaser, passer du bon temps avec eux… Comme à l’époque, quand les clients passaient l’après-midi entier dans les salons de beauté et les barbiers. C’est cette ambiance qu’on a voulu ramener.” 

Une offre mixte

Même si elles ne portent pas la barbe, les femmes sont aussi les bienvenues chez Les Barbares! Le propriétaire trouvait en effet un peu archaïque le concept de n’ouvrir qu’aux hommes, à l’image des tavernes de l’époque où les dames n’allaient jamais. “Après tout, on coupe des cheveux, donc on peut le faire autant aux hommes qu’aux femmes, tranche Mathieu. Celles qui viennent chez nous recherchent un peu l’opposé des salons de coiffure traditionnels : une ambiance plus festive, où ça bouge et ça sort de l’ordinaire…” 

Cinq ans après l’ouverture du salon, la portion féminine représente aujourd’hui environ 30% de la clientèle des Barbares. Le propriétaire a donc décidé de faire la promotion du volet féminin de l’entreprise en sortant en septembre dernier une vidéo mettant en scène des femmes, accompagnée de ce texte :

“Pendant très longtemps, les salons de coiffure ont offert un service et une image dirigée en général vers la femme. De l’autre côté, les salons de barbier y sont allés dans la direction complètement opposée en offrant un service axé uniquement vers l’homme. Pourquoi ne pas créer un équilibre? Un endroit où les hommes et les femmes pourraient trouver réconfort, talent et passion.”  

5 succursales et une gamme de produits

Forte de son succès, la compagnie pour hommes et femmes compte aujourd’hui 50 employés, tous formés “à la Barbare” et répartis dans 5 succursales au Québec, à Laval, Saint-Jérôme, Valleyfield, La Prairie et Saint-Hilaire. L’entreprise a également lancé une académie privée où les gens peuvent venir suivre des formations sur les anciennes techniques de rasage, de coupe et de coiffure.  

Et puis il y a les produits signés Les Barbares : une gamme d’huiles à barbe qui fait parler d’elle jusque dans les colonnes du magazine La Semaine ou sur le plateau de Salut Bonjour. “C’est un élixir à base d’huiles essentielles fait main au Québec, qui fortifie, fait briller et repousser la barbe, explique Mathieu. On a des résultats impressionnants.” Les arômes? “Lendemain de veille”, “Vieux porc”, “Coureur des Bois”… Résolument barbares!

Pour participer à leur concours :  »Gagnez une coupe à vie », cliquez ici.

Par : Marie Pâris

Obtenez de 25% à 40% plus d’argent sur Boutique Magis

2020, MAGIS MAGAZINE, TOUS DROITS RÉSERVÉS