fbpx

Paradis BBQ : le poulet est aux anges

«Quand j’ai appris que (les Rôtisseries) St-Hubert allaient être vendues, j’étais en tabarnak, s’exclame Jonathan Fournier. C’était déjà pas bon et là c’est devenu encore pire». On est en 2016 et à l’époque, «il n’y avait plus personne qui faisait du poulet rôti ou frit qui a de l’allure, se souvient le chef et copropriétaire du restaurant montréalais Paradis BBQ. Je trippe sur la cuisine avant d’être restaurateur et, à un moment donné, il faut arrêter de prendre les clients pour des caves.»

C’est à ce moment qu’une idée se met à germer dans l’esprit du jeune chef: ouvrir un restaurant dans la tradition des belles rôtisseries québécoises d’antan, un restaurant qui remettrait le poulet à l’honneur. Sa partenaire d’affaires et dans la vie, Gabrielle Acosta, qui est aussi cuisinière de formation, embarque immédiatement dans le projet.

Mais pour le réaliser, pas question d’opter pour n’importe quel poulet. Il faut un «produit top» et c’est là qu’entre en scène la Ferme la Rose des Vents avec qui, au dire de Jonathan Fournier, «ça a cliqué» immédiatement. «C’est une petite ferme familiale qui a un petit volume. Leur produit est nettement supérieur (à ce qu’on retrouve ailleurs), s’enthousiasme le jeune chef. On ne travaille qu’avec eux et s’ils n’ont plus de poulet, on n’en vend tout simplement pas.»

On a le concept, on a le poulet, il ne reste maintenant que la question du local à régler. Après plusieurs mois de recherches, le duo et leurs partenaires d’affaires et couple d’amis, Kyle Fowler et Josianne Beaulieu, trouvent enfin leur local de prédilection sur la rue Saint-Hubert (oui, oui, comme les rôtisseries) juste au sud de la rue Rachel. Six mois d’intenses rénovations plus tard, le Paradis BBQ ouvre ses portes.

Un ADN familial

Si une délicieuse odeur de poulet rôti nous envahit immédiatement dès qu’on franchit ses portes, ce n’est pas à une rôtisserie que le bel établissement d’une trentaine de places nous fait penser. La décoration épurée ainsi que l’aménagement chaleureux et intime rappellent en effet davantage un habile mélange entre le bistro de quartier et le restaurant tendance du centre-ville.

Derrière le magnifique bar en L divisant la salle à manger de la cuisine ouverte, Jonathan s’active à la rôtissoire tout en expliquant la philosophie derrière l’aménagement du local. «À 500 pieds carrés, tu ne peux pas fermer la cuisine. Aussi, nous, on a fait de l’hôtellerie, du gros volume, et à un moment donné, c’est cool de pouvoir jaser avec tes clients. Le client qui vient passer une heure à manger un trois morceaux et à te jaser, c’est le fun.»

«On a une crowd éclectique, ajoute Gabrielle. Ça va de la petite famille au jeune professionnel, du couple retraité aux touristes de passage. Être versatiles, c’est dans notre identité.» Une «crowd» qui vient autant profiter des brunchs détendus de la fin de semaine que des soirées ambiancées qui peuvent parfois s’animer. «Les jeudi, vendredi et samedi soirs, ça peut devenir loud. L’ambiance change, on monte un peu le volume – on est des gros fans de rap old school, de soul. On sait quand ça commence, mais on ne sait jamais quand ça finit.»

Mais en même temps, «on est un couple, on a un enfant et un autre qui s’en vient donc on aime les places qui sont kid friendly. Les enfants sont les bienvenus, on a des petits jeux, des cahiers à colorier et des chaises hautes». En fait, tout est là. Consciemment ou pas, le couple a créé un restaurant à son image: un lieu confortable où on peut bien manger, piquer une jasette au cuisinier, passer un bon moment en famille et même, une fois de temps en temps, faire la fête.

Tout, de la carte des vins créée par la belle-sœur travaillant chez Œnopole, jusqu’à l’emblème du restaurant, un renard trônant sur le menu et s’incorporant subtilement à la décoration, est un rappel à la vie du couple. «Le renard c’est un animal de basse-cour qui est dans son paradis de volaille, mais c’est aussi le surnom qu’on donnait à notre petit garçon», explique Gabrielle avant d’ajouter, souriante: «Le Paradis BBQ, c’est un projet de famille et d’amis».

Une ambiance chaleureuse, du poulet succulent, des proprios passionnés, un quartier qui les a adoptés, tout y est pour nous donner le goût d’aller faire un petit tour au Paradis. Profitons-en vite, ses portes sont grandes ouvertes!

Obtenez de 25% à 40% plus d’argent sur Boutique Magis

2020, MAGIS MAGAZINE, TOUS DROITS RÉSERVÉS